CARTILAGE

Lésions du cartilage articulaire et leur traitement

Qu'est-ce que le cartilage articulaire?

Il s'agit d'un tissu qui recouvre les surfaces qui sont en contact dans une articulation, et qui assure des mouvement sans friction, et donc sans douleurs. Une lubrification naturelle par le liquide articulaire, sécrété par la membrane interne de l'articulation (synoviale), permet le mouvement sans douleur, et nourrit en partie le cartilage.

                     

Ci-dessus, à gauche: cartilage articulaire du genou intact; à droite, image en IRM: la zone de cartilage de recouvrement apparaît en gris clair sur l'os plus foncé (flèche).

Maladies dégénératives du cartilage:

Dans certaines maladies, dont pricipalement l'arthrose, le cartilage articulaire s'use, dégénère et finit par disparaître complétement par endroits. Il n'y a plus de lubrification, et comme les surfaces deviennent rèches, le mouvement produit de l'inflammation, qui à son tour engendre de la douleur.

          

Ci-dessus: cartilage diffusément usé, vu en IRM: on voit au bout de la flèche de l'os mis à nu par la disparition du cartilage.  

Les mouvements ne peuvent alors plus se faire sans friction, ce qui provoque une inflammation de l'articulation, puis, progressivement, un enraidissement. Les douleurs deviennent de plus en plus fortes, et limitent encore plus les mouvements. Dans le cas de la hanche, il devient de plus en plus difficile et douloureux de marcher, de rester assis ou même couché. Le patient finit par être gêné même dans les actes de la vie quotidienne.

Traumatismes

Dans certains traumatismes, notamment lors de la pratique du sport, des lésions aiguës du cartilage articulaire peuvent survenir. En général, elles sont plus circonscrites, plus localisée, et peuvent mieux se réparer que les lésions dégénératives. 

Traitements médicaux (non-chirurgicaux)

Au début de l'évolution, un traitement simple par les anti-douleurs (p.ex. dafalgan), ou les anti-inflammatoires (p.ex. Voltaren, Brufen, Celebrex) peut suffire si les douleurs et la gêne sont intermittentes.

La pratique de sports dits "doux" ou "fluides", c'est-à-dire sans impact, est toujours recommandée: vélo d'intérieur ou d'extérieur, natation, fitness, gymnastique douce, yoga, pilates. Ces pratiques maintiennent une bonne musculature et une bonne mobilité, ce qui est capital pour diminuer les symptômes.

Dans les cas plus graves, on peut injecter de l'acide hyaluronique, un gel protecteur et lubrifiant, qui peut améliorer la fonction de l'articulation et diminuer les douleurs, et peut-être prolonger la survie du cartilage.

Les traitements en comprimés, qui prétendent "régénérer" le cartilage (chondroïtine surfate, glycosamine, extraits de divers poissons et coquillages) n'ont pas d'effet prouvé objectivement.

Parfois, des injections de cortisone peuvent être bénéfiques, surtout en cas de crise aiguë, ou pour attendre une intervention chirurgicale. Les effets sont souvent spectaculaires, mais transitoires.

 

Traitement chirurgicaux

"Toilette" articulaire par arthroscopie, avec ou sans forage

Dans certains cas, on peut effectuer une "toilette" articulaire", c'est-à-dire enlever des morceaux de ménisque, ou de cartilage dégénératif partiellement détachés, qui peuvent entraver le bon focntionnement de l'articulation. On peut également enlever des becs osseux gênants (ostéophytes), régulariser une surface devenue irrégulière.

Lorsqu'il y a des endroits où le cartilage a disparu, on peut fair un "forage", c'est-à-dire pratiquer à la mèche de petits trous dans l'os de la surface mise à nu, afin de faire venir des cellules réparatrices depuis la moelle osseuse sous-jacente, qui peuvent reconstituer une semblant de tissu cartilagineux.

Greffe ostéochondrale

Lorsque la lésion est bien circonscrite, ou bien délimitée, chez une personne jeune, il vaut la peine parfois de faire une greffe ostéochondrale, qui ressemble à un "carottage" en géologie.

  

lésion localisée du cartilage de recouvrement du genou

avec un trépan creux, on enlève un cylindre emportant la lésion et l'os sous-jacent

                         

on prélève ensuite une "carotte" d'os et de cartilage sains en un bloc, et on va l'insérer là où se trouvait la lésion; le prélèvement se fait dans une zone neutre du genou, c'est-à-dire là où le manque de cartilage ne gêne pas.

 

une fois la greffe en place, on met un peu de colle biologique au site de prélèvement.

 

La rééducation est longue: 6 semaines de marche en charge partielle, c'est-à-dire avec 2 cannes en permanence; par contre la mobilisation est précoce et se fait avec l'aide du physio, parfois d'une machine "kinetec".

 

 

 

Greffe autologue avec matrice collagène

Pour diverses raisons, mais surtout si la lésion cartilagineuse est trop grande, on renonce à faire une greffe "carotte"; on peut alors faire une autogreffe avec membrane de collagène.

                          

comme plus haut, la situation de départ est celle d'une lésion localisée du cartilage

la lésion est nettoyée, puis perforée pour permettre aux cellules souches et aux facteurs de croissance de passer dans la lésion depuis la moëlle osseuse sous-jacente, et de la coloniser.

          

La membrane de collagène est cousue et collée (avec de la colle biologique) en place. Elle empêche que les facteurs de croissance et de régénération s'échappent. Petit à petit, ces cellules s'organisent et reforment du cartilage qui ressemble au revêtement original.

Là aussi, la rééducation est longue: 6 à 8 semaines d'attelle amovible en charhe partielle, avec 2 cannes, et mobilisation progressive.