Douleurs de l'épaule et periarthrite; que faire ?

Certaines douleurs de l’épaule sont qualifiées de "périarthrite" : que veut dire ce terme, et que peut-on faire ?
La plupart du temps, une "périarthrite" veut dire que le patient a mal lorsqu’il lève le bras, avec souvent une sensation de blocage vers 90 degrés d’élévation (bras à l’horizontale). Ces douleurs peuvent survenir spontanément ou être déclenchées par un traumatisme.
Sur le dessin ci-dessous, on voit l’articulation de l’épaule. Les douleurs sont causées par un conflit entre le tendon du muscle sus-épineux et l’os appelé acromion, qui est en fait une partie de l’omoplate.
 


Le sous-épineux fait partir d'un ensemble de tendons qui entourent la tête de l'humerus et que l'on appelle "la coiffe des rotateurs". Sur l'image ci-dessus, on voit l'ensemble de la coiffe des rotateurs avec une usure du sus-épineux par frottement sous l'acromion.

On commence en général le traitement en faisant une "infiltration" (injection) entre l’acromion et le tendon, en utilisant une petite quantité de cortisone. Cela a pour effet de diminuer rapidement l’inflammation, et parfois, la "périarthite" est guérie.

On peut également injecter du PRP (plasma riche en plasquettes), qui a un effet plus durable.

Parfois malheureusement les symptômes reviennent après quelque temps : il faut alors pousser plus loin les investigations, et faires des radiographies et une résonance magnétique.

Ci-dessous, la radiographie de gauche montre une espace normal entre l'acromion et la tête de l'humerus. Sur l'image de droite, on peut voir que l’acromion est "crochu": cela explique pourquoi les symptômes persistent.

   

L’IRM montre la zone du conflit (flèche): le conflit a duré de nombreuses années, et a provoqué une rupture du tendon:

   

Cette rupture peut être due à l’usure, mais aussi parfois à un traumatisme : chute sur l’épaule ou sur la main, au sport ou au travail.
Quand les symptômes ne se calment pas après une infiltration, il faut parfois avoir recours à la chirurgie : l’intervention se nomme "acromioplastie". Il s’agit d’aller enlever la partie crochue de l’acromion, au moyen de différents instruments, pour obtenir plus de place pour le tendon, comme ci-dessous :

        

Cette opération peut se faire soit par voie ouverte, soit par arthroscopie ; cette dernière technique est mini-invasive, et ne comporte que quelques petites incisions ("petits trous") autour de l’épaule.