• Facebook Social Icon

Dr. Philippe Zangger       -         cabinet.zangger@deckpoint.ch        -          +41 21 683 12 13

Suture mini-invasive du tendon d'achille

 

Une rupture du tendon d’Achille peut survenir chez n’importe quelle personne saine lors de la pratique de certains sports (tennis, foot) ou accidentellement.

Elle se manifeste par une douleur violente dans la région du talon, suivie d’une difficulté à la marche, avec parfois la sensation que le pied "s’enfonce" dans le sol. La pratique du sport devient aussitôt impossible, et même la marche se fait avec une forte boiterie.

Le diagnostic se fait surtout par l’examen manuel : le médecin palpe une lacune dans le tendon d’Achille, et le muscle du mollet (le triceps) ne fonctionne plus, ou presque plus. Il est bien entendu impossible pour le patient de se mettre sur la point du pied.

On peut voir la rupture aux ultrasons ou en résonance magnétique (IRM), mais l’examen suffit en général à poser le diagnostic.

Il existe deux type de traitement : le traitement dit "conservateur", c’est-à-dire sans opération, et le traitement opératoire.

Le traitement conservateur consiste en une immobilisation plâtrée de 3-4 mois. Ses avantages sont : l’absence de complications chirurgicales. Ses inconvénients sont : allongement du tendon, d’où diminution de la force, et risque de re-rupture.

Le traitement chirurgical consiste en une suture du tendon, suivie d’une immobilisation plâtrée de 2-3 mois. Ses avantages sont : moins d’allongement, moins de re-rupture. Ses inconvénients sont : probémes de cicatrice, infection postopératoires.

La nouvelle technique de suture mini-invasive combine les avantages des 2 techniques : il y a moins de re-ruptures, et il y a moins de complications postopératoires.

Par une incision d’environ 2 à 3 cm, on passe des fils à travers les 2 extrêmités du tendon, au moyen d’un petit appareil spécial.

Toujours à travers l’incision minimale, on noue ensuite les fils entre eux, en rapprochant ainsi les deux bouts du tendon d’Achille et ne les amenant au contact, comme sur la figure 3 ci-dessous.

On referme ensuite l’inscision, et on immobilise la jambe dans une attelle à velcro pour 2 mois, parfois 3.

Avec le traitement chirurgical, on mobiliser précocément la cheville, ce qui représente un gain de temps dans la récupération. La rééducation se poursuit selon un schéma progressive sur 3 mois. 


Les activités sportives sans impact (natation, vélo) peuvent être reprises 2 à 3 mois après l’opération, la course à pied dès 4 mois. Il faut par contre attendre 6 mois pour reprendre les sports d’impact : tennis, football, etc.

Même si la récupération est relativement rapide, il faut parfois jusqu’à une année pour retrouver la force complète du muscle du mollet - patience !